La puissance de la joie

La puissance de la joie
Hello! 🙂 Aujourd’hui j’ai envie de vous parler du livre La puissance de la joie de FrĂ©dĂ©ric Lenoir.

 20160527_152404

⇒ Résumé 

« Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie? Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser? La provoquer? La cultiver? J’aimerais proposer ici une voie d’accomplissement de soi fondée sur la puissance de la joie. Une voie de libération et d’amour, aux antipodes du bonheur factice proposé par notre culture narcissique et consumériste, mais différente aussi des sagesses qui visent à l’ataraxie, c’est-à-dire à l’absence de souffrance et de trouble. Pour ma part, je préfère une sagesse de la joie, qui assume toutes les peines de l’existence. Qui les embrasse pour mieux les transfigurer. Sur les pas de Tchouang-tseu, de Jésus, de Spinoza et de Nietzsche, une sagesse fondée sur la puissance du désir et sur un consentement à la vie, à toute la vie…Pour trouver ou retrouver la joie parfaite, qui n’est autre que la joie de vivre. »

♥ Mon avis 

Comme vous le savez peut-ĂŞtre, je suis plutĂ´t attirĂ©e par les livres de dĂ©veloppement personnel et de philosophie plus ou moins poussĂ©e. J’ai donc dĂ©cidĂ© de vous parler de La puissance de la joie de FrĂ©dĂ©ric Lenoir car c’est pour moi un livre très inspirant et accessible.

Ce que j’aime beaucoup chez cet auteur c’est qu’il fait souvent rĂ©fĂ©rence Ă  des philosophes anciens pour souligner ses propos. Il s’appuie Ă©galement rĂ©gulièrement sur les spiritualitĂ©s et religions. Personnellement je suis athĂ©e et je n’ai jamais Ă©tĂ© excellente en philo mais j’aime beaucoup m’ouvrir les portes de la rĂ©flexion et ĂŞtre orientĂ©e vers d’autres ouvrages (sur lesquels il s’est appuyĂ© pour Ă©crire le livre – orientation bibliographique).
FrĂ©dĂ©ric Lenoir a pour habitude d’illustrer ses idĂ©es par sa propre existence et cela peut ĂŞtre agaçant pour certains. J’avoue que je commence Ă  trouver cela un peu lourd, puisque c’est le cas dans beaucoup de ses livres. Je me suis moi mĂŞme questionnĂ©e : « Bon, encore un livre commercial? » OUI MAIS n’est ce pas lĂ  un sujet universel? Pourquoi l’auteur, qui a toujours surfĂ© sur cette vague s’arrĂŞterait simplement car le dĂ©veloppement personnel devient « tendance »? Lire une rĂ©flexion de dĂ©veloppement personnel avec une part de philo, dans l’optimisme et la bonne humeur de la plume de cet auteur m’attire plus que quand ils sont traitĂ©s par certains magazines…donc why not?
Dans ce genre de lecture, je prends ce qui m’intĂ©resse et c’est ça qui me plait! J’avoue que je suis un peu du genre Ă  m’attarder sur chaque mot, chaque virgule et c’est ce que j’ai fais pour ce livre^^ Ma lecture fut quasiment d’une traite et j’ai mĂ©morisĂ© de nombreux passages sur ma Kobo tant les idĂ©es faisaient Ă©chos en moi. Faire le choix de la joie, pour vivre en pleine conscience et apprendre Ă  accepter les Ă©preuves de la vie, je dis oui. Un livre très intĂ©ressant qui permet de se recentrer sur l’essentiel, notamment l’ouverture du cĹ“ur.

◊ Extraits choisis ◊

« Parce que chacun porte son univers dans son cĹ“ur. Le regard que nous portons sur le monde n’est pas le monde lui mĂŞme, mais le monde tel que nous le percevons. Un homme heureux quelque part sera heureux partout. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout. »
 
« Il est important d’apprendre Ă  dĂ©velopper notre intuition et notre capacitĂ© de discernement afin de nous Ă©loigner d’une situation ou d’une personne qui pourraient nous ĂŞtre nocives. »
 
« Il est impossible de vivre dans la joie si l’on est en permanence dĂ©pendant de la critique ou du jugement des autres. »
« Car, bien souvent, nous sommes d’abord esclaves de nous-mĂŞmes, et savoir cela est un antidote Ă  la victimisation. Il est tellement plus simple d’incriminer les autres de tous nos problèmes! »
 
« Un ĂŞtre humain qui est parvenu Ă  surmonter ses passions, Ă  les transformer en joies actives, ne peut plus nuire Ă  autrui. Il a vaincu en lui l’Ă©goĂŻsme, la jalousie, l’envie, le besoin de dominer, la peur de perdre, le manque d’estime de soi ou une trop grande estime de soi, bref tout ce qui crĂ©er les conflits entre les individus et les guerres entre les peuples. »
 
« Aimer et ĂŞtre aimĂ© signifie vouloir le meilleur pour l’autre comme pour soi-mĂŞme : recevoir et lui donner de la joie. L’amour d’amitiĂ©, lorsqu’il est sincère, n’est pas utilitariste : celui-ci n’est pas mon ami parce que j’ai besoin de lui – professionnellement, socialement, matĂ©riellement. »
 
« Toute expĂ©rience de la beautĂ© recèle de cette facultĂ©. Contempler une oeuvre d’art qui nous Ă©meut, s’arrĂŞter devant la perfection de la nature nous relient Ă  ce quelque chose qui nous dĂ©passe […] »
 
« Notre conscience du bonheur vient de notre connaissance du malheur, et la plupart de nos joies viennent de tristesses dépassées. »
Extraits du livre La puissance de la Joie de Frédéric Lenoir.
 Ma note : 4/5
Vous l’avez lu, quel est votre avis?
Vous ne l’avez pas lu, ce livre vous tente?
À bientôt!
Ju’


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *